Présentation du séminaire


Le mot acceptabilité s’est immiscé depuis quelques décennies dans le débat public pour désigner l’aboutissement d’« un jugement collectif à propos d’une politique ou d’un projet, dont il s’agit de comprendre les fondements et les facteurs d’influence » (Corine Gendron). Le terme est lié à un exercice de la démocratie consistant à fournir à une personne ou une institution morale ou politique les éléments qui permettront une prise de décision au service de l’intérêt général. L’acceptabilité semble, en ce sens, participer d’un mode de gouvernance qui s’opposerait à la doctrine néo-libérale des années 1980 désignée par l’acronyme TINA, « There Is No alternative ».

Toutefois, ce qui apparaît comme un vertueux principe démocratique peut être perçu comme une forme de ce que Chomsky et Herman ont appelé la « fabrication du consentement ». L’acceptabilité semble en effet renvoyer à un exercice de la démocratie régi par des dispositifs canalisant les opinions, anticipant les contestations et produisant de l’adhésion. L’agrégation de jugements individuels relative à la bétonisation du paysage, au développement de l’intelligence artificielle, aux manifestations culturelles et artistiques, par exemple, parait orientée par des groupes d’influence. L’acceptabilité constitue alors l’expression tacite des limites[1]  établies par un mode de gouvernance : limites d’acceptation du conflit idéologique conduisant à rechercher le consensus et à favoriser, ce faisant, les intérêts ou les raisons économiques ; limites aussi des formes d’engagement politique des citoyens, l’acceptabilité se trouvant souvent associée à la pléonastique expression « démocratie participative ».

L’acceptabilité est donc un terme retors, ambivalent puisqu’il renvoie à l’adhésion que permet la négociation et qu’il laisse entendre la manipulation dont ce consensus résulte, le renoncement à la pensée qui s’y manifeste. L’acceptabilité fait-elle partie de cette nouvelle langue[2] qui, par un « essorage des mots » nivelle les conflits, dilue les débats sous le poids du sondage et fait accepter ce qui au fond est inacceptable ?

Nous souhaitons analyser les emplois et les implications de ce terme par une approche pluridisciplinaire, en considérant que les éclairages fournis par la science politique, la sociolinguistique, le droit, la philosophie, etc. permettront de mettre au jour certaines des relations entre la pratique de l’art et le politique. Il s’agit en effet de voir comment les processus que l’acceptabilité recouvre trouvent des échos dans les œuvres actuelles, dans leur conception et leur réception. La notion d’acceptabilité permet-elle de révéler les opérations de contournement, de dénonciation ou d’adhésion qui sont en jeu dans les œuvres ? Comment les artistes travaillent-ils les grandes questions d’actualité qui incluent l’évolution économique et écologique, les rapports entre homme et femme, entre le nord et le sud, l’accueil et le partage ? Le font-ils en position de résistant, de critique, d’agent d’acceptabilité ? Comment penser l’intérêt que les populations portent à la création artistique quand il se traduit à la fois par des démontages d’œuvres publiques ou du vandalisme et par des projets qui, comme les Nouveaux Commanditaires, s’emploient à faire de la participation un déterminant de l’œuvre publique ?

L’équipe PTAC (juin 2018)

[1] Étienne Balibar rappelle cette limitation pour l’usage terminologique de la laïcité, cf. Étienne Balibar, « Dissonances dans la laïcité », in Mouvements, n° 33-34, 2004, p. 148-161.

[2] Éric Hazan, LQR. La propagande du quotidien, Paris, Raison d’agir, 2006, p. 122. Le sigle LQR signifie « Lingua Quintae Republicae » : la langue de la Vème République.